Assemblée générale des Amis du patrimoine vendredi 24 / 11 à 20 h salle Arena

Vous êtes ici : > Accueil > Le "service jaune" de Larnage

Le "service jaune" de Larnage

Le "service jaune" de Larnage
Le "service jaune" de Larnage

Les gisements locaux de kaolin, ont d'abord été utilisés pour la fabrication de poteries. De ce fait, Larnage a été pendant longtemps un village de potiers. Ces potiers fabriquaient essentiellement de la vaisselle : plats, assiettes, pots et autres objets utilitaires. Ils avaient développé une technique de céramiques à pâte blanche et glaçure jaune, connue sous le nom de "service jaune" de Larnage.

Pour comprendre l'extraordinaire développement de la poterie à Larnage dans les siècles passés, il faut remonter au moins jusqu'à la pèriode féôdale.
Le "service jaune" de Larnage
Le "service jaune" de Larnage
A cette époque, les seigneurs de Larnage avaient un monopole sur le commerce de la terre blanche. Les exploitants devaient obligatoirement vendre la terre issue de leurs concessions au fermier du seigneur.Il y avait une dérogation à cette règle: les artisans-paysans avaient la libre disposition des produits réfractaires transformés en poterie. Nous pensons que cette possibilité a été largement utilisée et que la population, du moins celle qui avait accés à une mine de terre blanche, s'était mise à faire de la poterie pour profiter de cette ouverture économique.
Les potiers Larnageois avaient développé une technique de céramiques à pâte blanche et glaçure jaune, connue sous le nom de "service jaune" de Larnage.
Il n'est pas rare, aujourd'hui encore, de trouver des fragments de ces poteries à même le sol, aux alentours du village et jusqu'au quartier des Sautons.
Le premier potier historiquement reconnu dans la région, Jehan DELOME, en 1552, était Larnageois. Les archives attestent de nombreux potiers Larnageois, tout au long des XVIIème et XVIIIème Siècles.
Le "service jaune" de Larnage
Le "service jaune" de Larnage
Parmi les plus anciens connus nous pouvons citer :
1552 DELOME Jehan
1697 JOURDAN Etienne
1697 FOURNIER Antoine
1697 OLLIER Claude
1697 SAUVAJON Jacques
1700 HABRARD Barthélémy
1700 ROURE Claude
1700 MARMIGNON Jean-Jullien
1700 SAUVAJON Benoit et François
1700 TRAVERSIER Jean et Joseph
1717 DELOSME Félix et son fils Jacques
1729 DELOSME Jean
1740 TRAVERSIER Antoine
Cette liste est cependant loin d'être exhaustive.
Le "service jaune" de Larnage
Le "service jaune" de Larnage
En effet, le registre des corvéables de 1769, répertorie 21 potiers à Larnage, sur un nombre total de 125 corvéables, ce qui montre l'importance que pouvait avoir cette activité. Dans les années qui suivent, nous trouvons la trace de nombreux autres potiers jusqu'à la révolution:
1774 FOURNIER François
1777 DELHOMME Jean
1780 SAUVAJON Jean
Le registre d'inscription aux patentes de septembre 1791 répertorie quant à lui 13 potiers de terre et un tuilier.
Le "service jaune" de Larnage
Le "service jaune" de Larnage
Pourtant, dès cette époque le commerce de la poterie est en crise. Un procès-verbal du dimanche 8 janvier 1764, établi par Joseph BELIN, avocat, juge et châtelain du lieu, relatant une demande de dégrèvement de la communauté de Larnage au titre de la capitation, fait état "de l'inaction du commerce de la poterie, qui depuis plus de 8 ans a diminué des trois quarts, sans que la paix lui aye donné la moindre activité". Le même acte précise que le commerce de la poterie représentait alors la principale ressource pour le paiement de l'impôt.
Les "potiers de terre" Larnageois, bien que nombreux, étaient de modestes artisans, qui n'eurent ni les moyens financiers, ni les connaissances techniques suffisantes pour franchir l'étape industrielle. Lorsque l'industrialisation de la céramique fut mise en œuvre, dans la moitié du XIXème Siècle, ils disparurent, leurs poteries utilitaires ne trouvant plus de débouchés.
Le "service jaune" de Larnage
Le "service jaune" de Larnage
Les potiers n'étaient pas seuls à exploiter la terre blanche.Il y avait également des tuiliers, dont Etienne JOURDAN, vers 1697 et André GINAND, en 1791. Les tuiliers ont, semble t-il, résisté plus longtemps, car au début du XXème Siècle, il existait encore une fabrique de tuiles à Larnage.
La terre réfractaire de Larnage a également été utilisée pour d'autres usages.Au XVIIIème Siècle un atelier de fabrication de pipes était installé dans le village. Des documents attestent également que cette terre servait à la conception des creusets pour l'hôtel des monnaies de Lyon. Enfin, elle est encore aujourd'hui utilisée pour la fabrication de fours.