Pendant l'été la mairie sera fermée les vendredi 21 et 28 Juillet 2017 merci de votre compréhension

Vous êtes ici : > Accueil > Les premières usines de briques réfractaires

Les premières usines de briques réfractaires

Premier atelier de fabrication de briques réfractaires au quartier Robin
Premier atelier de fabrication de briques réfractaires au quartier Robin
La première usine construite à Larnage pour fabriquer des briques réfractaires à partir du kaolin, appartenait à la famille Robin.

Elle fut édifiée vers 1830 au quartier du ruisseau, sur la route de Crozes.
Peu à peu, d'autres installations virent le jour.

C'est ainsi que le 22 mai 1853, le conseil municipal de la commune est appelé à statuer sur un projet de construction d'un four à brique réfractaires. Victor Fournier et Jean Antoine Misery de Larnage se proposent de construire ce four dans la propriété de Victor, au quartier Chautain et Jugan.

Le conseil municipal donna un avis favorable, considérant que l'établissement du four projeté au lieu indiqué ne posait aucun inconvénient ni aucun danger apparent ou occulte, et, qu'au contraire, il pouvait être utile même à la commune du fait que ses propriétaires se proposaient d'occuper un certain nombre d'ouvriers.

Dans les années trente, il y avait deux petites usines produisant des briques réfractaires sur Larnage, dont l'usine "Baroche".
Usine Baroche au début du XXème Siècle
Usine Baroche au début du XXème Siècle
Cette usine, qui devint plus tard la propriété de M. Gabriel Traversier, ancien maire de Larnage, fut construite dans la deuxième moitié du XIXème Siècle. Elle fut la dernière à fermer ses portes, dans les années 1960. Dans ses derniers temps, elle employait 5 ou 6 ouvriers.

Le travail des terres blanches s'était alors fortement mécanisé, mais continuait à utiliser une main d'œuvre abondante.

Le pic était remplacé par le marteau-piqueur, mais la pelle restait d'usage courant. La terre était transportée par wagonnets vers un lieu de stockage situé près des carrières, puis descendue à l'usine de Larnage par un véhicule motorisé connu sous le nom de "tractem".

Actuellement l'exploitation des carrières de terres blanches se poursuit. La terre est toujours utilisée pour la fabrication de produits réfractaires, mais aussi de carrelages.

Des tentatives de diversification sont en cours et devraient conduire à une meilleure valorisation du produit, dans des domaines aussi divers que la cosmétique et la papeterie.