Résultats 2ème tour élections législatives à Larnage"Législatives 2ème tour"

Vous êtes ici : > Accueil > Proclamation du second empire

Proclamation du second empire

Selon la version officielle conservée dans les archives municipales, le Second Empire fut accueilli dans la liesse populaire à Larnage.

Le procès-verbal du 12 décembre 1852 en témoigne :

"L'an mil huit cent cinquante deux et le douze du mois de décembre à l'heure de midi, Nous Maire de la commune de Larnage nous sommes rendus dans la maison commune où s'étaient réunis les membres du Conseil Municipal conformément à l'invitation que nous leur en avions faite.
Après avoir donné connaissance au conseil de l'objet de sa réunion, nous l'avons engagé à nous accompagner sur la principale place de cette commune où le peuple s'était rassemblé en grand nombre au son de la caisse, et après avoir pris place dans la foule nous lui avons donné lecture de la proclamation de l'Empire au milieu du plus grand silence.

Cette lecture étant terminée nous avons fait entendre le cri de "Vive l'empereur !" Et aussitôt ce cri et celui de "Vive Napoléon III !" ont fait explosion dans la foule qui nous environnait et ont souvent été répétés pendant la journée dans les auberges et dans les divers groupes qui ont momentanément stationné sur la place.

Nous sommes ensuite allés dans la maison d'école où avait été déposée une provision de pain que nous avons fait distribuer aux pauvres de la commune. Cette distribution terminée les membres du Conseil Municipal et nous avons fait un banquet auquel ont pris part un nombre considérable d'invités. Divers toasts ont été portés pendant ce banquet au nouvel empereur par toutes les personnes qui le composaient.

La population de cette localité s'est livrée pendant le reste de la journée à une gaieté extraordinaire manifestant par ses chants, les acclamations de "Vive l'empereur !", "Vive Napoléon III !" le vif enthousiasme dont elle était animée pour le Héros du 2 décembre.
Cette fête s'est d'ailleurs passée dans la plus grande régularité et à dix heures du soir chacun s'est tranquillement retiré chez soi. De tout quoi nous avons dressé le procès-verbal les jour, mois, et an ci-dessus que nous avons signé ainsi que les membres du conseil municipal".
Dès le 28 octobre, le conseil municipal avait manifesté son attachement à l'empire par une adresse au Prince Président de la République :

"Ce jourd'hui 28 octobre 1852, le conseil municipal de la commune de Larnage s'est réuni en vertu de la circulaire de Mr le Préfet datée du -- courant et a voté conformément à la dite circulaire l'adresse suivante au Prince Président de la République pour le rétablissement de l'Empire.

Le maire et le conseil municipal de Larnage (Drôme) s'empressent de vous remercier d'avoir sauvé la France de l'anarchie par l'acte courageux et énergique du deux décembre.
Pleins de reconnaissance pour le passé et de confiance pour l'avenir, persuadés qu'il n'y a de sécurité que dans la stabilité du gouvernement le maire et le conseil municipal émettent le vœux, Prince, que vous soyez nommé Empereur le plus tôt possible.

Dans cet espoir, nous sommes avec amour et respect vos très humbles et très affectueux sujets."
La version officielle des évènements masque une réalité plus complexe. En effet, il existait à Larnage au moment du coup d'état du 2 décembre 1851, un fort parti favorable à la république. Le mouvement était porteur de revendications sociales. Il tenta de s'opposer au coup d'état et fut durement réprimé.
Les républicains avaient pour habitude de se réunir au village chez le cabaretier local, Jean-André CHAMPION. Aprés les évènements de décembre 1851 ils furent placés officiellement sous la surveillance du maire, pour lequel ils conservèrent une rancune tenace.
Les plus impliqués dans le mouvement furent emprisonnés. L'un d'entre eux, le cultivateur André HABRARD, fut exilé à St Sever, dans les Landes. Mais le plus durement sanctionné fut sans conteste le leader républicain François CHABOUD, ancien militaire, qui fut injustement déporté en Guyane, puis éxilé aux Etat-Unis. Il ne revint à Larnage que 24 ans plus tard, pauvre et quasiment aveugle.